Newsletter : comment rédiger l’objet ?




Featured image for “Newsletter : comment rédiger l’objet ?”
31 mars 2022
 / 
/
/

Combien de newsletters et de mails recevez-vous par jour ? Il faut bien le dire, chaque jour et même chaque heure apporte son nouveau lot de mails dans nos messageries 📩 ! En priorité ce sont ceux de nos amis ou connaissances que nous ouvrons mais pour les autres, ceux des marques, clients, fournisseurs, c’est en quelques secondes que le regard balaye la longue liste d’objets. Bien entendu, c’est celui qui nous aura séduit ou intrigué qui sera ouvert le premier. D’où l’importance de soigner l’objet de sa newsletter ! Petit tour d’horizon sur les bonnes pratiques pour un objet performant.

L’importance de l’objet de la newsletter

Même si l’expéditeur a son importance (appétence à la marque, nom connu…), c’est bien l’objet qui, à Même si l’expéditeur a son importance (appétence à la marque, nom connu…), c’est bien l’objet qui, à 70% déclenche l’ouverture de la newsletter. L’objet de votre message mérite donc que l’on s’y arrête quelques minutes afin d’éviter les pièges (autrement dit les spam) et donner toutes les chances au message qui est développé dans le corps du mail.

Les erreurs à éviter

⚠️ Pour être lu, votre mail doit tout d’abord être reçu ! Cela semble évident, pourtant on estime que plus de 40% des emails ne passent pas la barrière des filtres anti-spam et atterrissent directement dans les messages indésirables.

Pour éviter cela, voici quelques astuces. Pour commencer, il faut éviter l’utilisation excessive de majuscules ou de points d’exclamation successifs. La répétition d’un même mot peut aussi être suspecte pour les filtres antispam ainsi on n’écrira pas « Important – important – important ». De même les caractères spéciaux de type @, $, €, # sont à éviter. Une bonne orthographe est également à privilégier.

Attention aussi aux mots « magiques » souvent inspirés du print tels que : Gratuit, urgent, Cadeau ou bravo. De la même façon, les affirmations pouvant induire une publicité mensongère : produit miracle, il va vous porter bonheur, un lot vous revient… sont autant de clignotants pour les anti-spams.

Quelques conseils pour rédiger son objet de la newsletter

Maintenant que vous avez évité les pièges, quels sont les astuces et bonnes pratiques pour optimiser le taux de délivrabilité de vos emails ?

un texte bien pensé

On estime la bonne longueur entre 60 et 80 mots. On peut choisir d’afficher une promesse « Découvrez la nouvelle collection Eté », ou de suciter la curiosité « Quel design pour votre site ? ». Dans tous les cas, soyez en phase avec l’offre proposée. En effet, un objet mensonger ou trop éloigné du contenu de votre email aura sûrement pour conséquence, un taux de désabonnement explosif !

Des éléments accrocheurs.

On le sait, notre regard à tendance à repérer son nom ou prénom. Si vous disposez de l’information, cela peut donc être efficace pour être vu et lu. Mais attention mieux vaut ne rien mettre que « Bienvenue #nomperso ». Et les emoji dans les objets ? Qu’ils transmettent une émotion 😀 ou une information produit 👗, il est vrai qu’ils apportent une note de couleur dans la longue liste de nos messages. Alors, pertinents ou fausse bonne idée ? Le débat est ouvert et les études souvent contradictoires. Si toutes s’accordent à dire qu’ils augmentent le taux d’ouverture, ils pourraient aussi être assimilés à des spams ou augmenter le taux de désabonnement. Toutefois, si vous les utilisez, laissez-vous guider par le bon sens :  utilisez-les de façon non systématique et en rapport avec le message. Il existe plus de 2000 emojis standards, à vous d‘être créatif 🤩 !

Faites un test !

Encore un doute sur l’efficacité de votre objet ? La plupart des outils permettent de faire un A/B test. Il suffit d’expédier 2 versions de mail à 2 échantillons différents en changeant juste l’objet. Les résultats peuvent être étonnants ! Ensuite, il ne vous reste plus qu’à envoyer l’objet gagnant à tous vos destinataires.


PARTAGER CE POST

Laisser un commentaire

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Il n'y a pas encore de commentaire, lancez-vous !